Dimanche, 16 janvier 2022
Improve your day by exploring history

Jackie Kennedy : quatre habitudes qui en ont fait une icône

Jackie Kennedy, née Jacqueline Bouvier, demeure sans nul doute l’une des « First Lady » les plus mémorables qu’aient connue les États-Unis.

...

Dès les débuts de la campagne de son mari, le peuple américain est conquis par ses bonnes manières et son port de tête exemplaire.

Mais la jeune femme n’est pas seulement élégante : elle est aussi cultivée et indépendante. Comment expliquer l’engouement de la population pour cette personnalité si singulière ? 

 

1. Pratiquer un loisir aux multiples avantages

Jackie Kennedy vouait une véritable passion à l’équitation. C’est sa mère, elle-même cavalière hors pair, qui lui met le pied à l’étrier pour la première fois. Dès son plus jeune âge, elle monte les plus grands étalons avec une aisance déconcertante et enchaîne les victoires de concours hippiques avec brio. Elle peut passer des heures dans l’écurie familiale à s’occuper des chevaux, et tisse avec eux des liens solides. L’équitation est un sport qui fera toujours partie de la vie de Jackie, mais surtout une discipline qui lui aura permis de développer son élégance, de se sentir libre et de maîtriser ses émotions en toute circonstance.   

 

2. Se cultiver pour s’ouvrir au monde 

Alors qu’elle est encore étudiante, Jackie passe un an à la Sorbonne, où elle étudie la littérature française. Elle loge chez une comtesse dans le 16e arrondissement, et fréquente des établissements chics comme le Café de Flore, le Ritz ou Les Deux Magots, aux côtés de jeunes intellectuels étrangers. Ce séjour à Paris éveille en elle une soif d’apprendre et un fort intérêt pour les arts qui ne la quitteront jamais, et qui ne cesseront de fasciner son mari. Rentrée aux États-Unis, la jeune femme fait fructifier son intérêt et ses savoirs sur la culture française. Par exemple, pendant la campagne de son mari, elle profite de chaque moment de répit pour lire les Mémoires de guerre du général de Gaulle en français. On a d’ailleurs pu dire que sa maîtrise de la langue et sa grande connaissance de la France lui auront permis d’adoucir les relations diplomatiques entre son mari et le général. Bien vite, ses compétences dépassent celles de J. F. Kennedy, mais la jeune femme s’emploie toujours à rester discrète à ce sujet.

 

3. S’entourer de beau et se construire un environnement inspirant

Jackie Kennedy change drastiquement la manière que l’on a de recevoir à la Maison Blanche, en le transformant en un haut lieu de raffinement. Elle fait installer ses invités sur des chaises en bambou doré, autour de tables rondes aux nappes colorées, le tout sur un fond de musique calme et relaxante. Jamais les soirées passées à la Maison Blanche n’avaient été aussi chics. Ce mobilier inspirera par ailleurs toutes les maîtresses de maison d’Amérique. Jackie, qui considère la promotion de la culture et des arts comme un devoir national, réclame toute une collection de Cézanne qui avait été reléguée à la National Gallery, et accueille à la Maison Blanche des Prix Nobels et des artistes comme le violoncelliste Pablo Casals. Son amitié avec André Malraux, alors ministre de la Culture en France, lui permet même de recevoir La Joconde le temps d’une exposition. Si quelque chose ne lui plait pas, la First Lady n’hésite pas à prendre des initiatives et à façonner son lieu de vie à son image, de sorte qu’il soit esthétique, soigné, élégant et inspirant.

 

4. Construire son propre style

Si Jackie Kennedy accorde de l’importance au cadre dans lequel elle vit, c’est également une femme qui se soucie de son apparence et de son style vestimentaire. Ses tenues, toujours impeccables et très recherchées, allient parfaitement aristocratie américaine et sophistication européenne. De fait, l’épouse du Président se fournit chez les meilleurs couturiers parisiens. Rapidement, Jackie devient un exemple pour des millions d’Américaines en recherche de style, qui se mettent soudainement à porter des « Pill Box Hat », des chapeaux à l’allure très caractéristique en forme de boîte de médicaments, et à adopter sa fameuse coiffure très particulière. Pour elle, pas question de se laisser habiller selon les modes du moment : elle préfère largement les initier ! C’est donc aussi son audace vestimentaire, parfois critiquée, qui aura permis à Jackie de marquer les esprits et de s’ancrer comme une femme indépendante dans l’Histoire des États-Unis.

Partager cet article

Abonnez-vous à notre newsletter

Gagnez du temps et recevez par email les conseils des grands personnages de l’Histoire !