Dimanche, 16 janvier 2022
Improve your day by exploring history

Jules César : comment il a bousculé les traditions du pouvoir

Né en l’an 100 av. J.-C., le général Caius Julius Caesar a su transformer ses ambitions politiques en une puissance sans égale dépassant les frontières de la République romaine et dominant aussi bien la Gaule que l’Égypte. Sa position de « dictateur » ne l’a pas empêché d’être populaire auprès de milliers de fidèles auquel il a apporta sécurité et prospérité.

...
Image : Musée Crozatier

Voici trois conseils tirés de l’expérience de manager de Jules César.

 

1. Assumer son rôle

Jules César incarna à lui seul son projet pour la République romaine. S’appuyant sur les moyens que lui conféraient sa position de dictateur, il eut à cœur de réformer une société jusqu’ici écrasée par la puissance sénatoriale, laquelle s’était avérée incapable de subvenir aux besoins du peuple. Avec beaucoup d’idées et encore davantage d’ambition, César voulait bousculer les règles établies en défendant coûte que coûte sa légitimité. Il était fier de ce qu’il proposait et ne craignait pas de s’attirer les foudres des institutions en place. C’est ce qui fit du général César un leader fédérateur : son projet rassurait et sa confiance en lui plaisait au peuple.

 

2. Adopter une stratégie définie

L’une des grandes forces de César était son goût pour la stratégie, qu’elle soit politique ou militaire. Il avait ce rare talent de pouvoir anticiper les réactions et les bouleversements pour en tirer le meilleur parti. Prenons l’exemple de sa conquête de la Gaule. À la tête d’une armée de 50 000 hommes, il parvient à s’emparer des territoires gaulois et à battre les 300 000 combattants qui lui font face. Au cours des mois de préparation et de tractations, le futur conquérant a promis la sécurité et la citoyenneté romaine aux Gaulois qui accepteraient de se soumettre. Une grande partie d’entre eux n’a donc finalement pas combattu, préférant se ranger derrière lui. Son anticipation légendaire lui a permis d’assouvir sa soif d’expansion.
Avoir une certaine perception de ce qu’il peut se passer permet de gagner du temps et d’éviter les risques inutiles. Comme aux échecs, la capacité à deviner les éventuels obstacles ou les bonnes occasions qui surgiront dans les prochains jours, voire les prochains mois, est crucial.

 

3. Communiquer

Jules César s’est imposé par lui-même comme un tribun charismatique pour les Romains. Il s’exprimait régulièrement au Sénat et devant ses soldats. Il leur faisait part de diverses nouvelles, de ses victoires et de ses projets futurs avec panache et conviction. Sa posture facilitait l’adhésion de ses hommes et des citoyens de la République, ce qui contribua à créer entre eux un fort sentiment de cohésion. Rien de mieux pour un leader que d’avoir des équipes qui se sentent impliquées. Son don pour l’art oratoire lui a permis de devenir un dictateur adulé, malgré ses coups d’éclat et quelques revers. César savait que la communication est la base d’une coopération durable et solide.

Partager cet article

Abonnez-vous à notre newsletter

Gagnez du temps et recevez par email les conseils des grands personnages de l’Histoire !